Capoeira : histoire et principes de cet art martial

La capoeira est un art martial afro-brésilien qui aurait retrouvé son origine dans les techniques de combats des africains à l’époque de l’esclavage au Brésil. Son histoire remonte alors à une époque lointaine, mais elle continue d’être pratiquée même aujourd’hui. Cet art martial se distingue des autres méthodes de combats par sa particularité mélangeant souplesse et endurance. Et si vous tentiez cette expérience ? Commençons d’abord par découvrir davantage la discipline.

Un art dissimulé dans une danse

Même si les premières origines de cet art martial restent assez vagues, on sait qu’il a été pratiqué par les esclaves. En voyant deux personnes pratiquer cette discipline, on ne penserait pas qu’ils se combattent puisque les combats sont dissimulés dans une danse. La technique est d’ailleurs mélangée à des mouvements bien soignés accompagnés par des enchaînements acrobatiques et des chants.

Grâce à des méthodes de combats aussi sophistiquées, les maîtres auront du mal à savoir que les esclaves étaient en train de se battre. Inspiré du monde animal, cette discipline est un art à part entière qui fascine toujours les étrangers.

Aujourd’hui encore, la capoeira reste d’actualité. Il n’y a plus d’esclaves à le faire, mais la pratique est intégrée dans les disciplines des arts martiaux. Elle se distingue alors des autres pratiques grâce au mélange parfait des danses acrobatiques et des coups de pieds et des coups de poing.

Équilibre et souplesse sont de mises

Dans la capoeira, ces deux qualités doivent être trouvées chez les combattants. En effet, son côté ludique, le plus souvent acrobatique demande beaucoup d’équilibre de la part du participant. Aussi, puisque les méthodes sont mélangées aux dances, il faut savoir faire preuve de souplesse.

Aux premiers vus, elle a l’air d’inciter à la violence, mais en réalité, elle se confond très bien au principe de la paix et de l’amour. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a toujours été considérée comme un simple sport et n’a jamais utilisé dans les vrais combats. Autrement dit, la pratique rend hommage aux esclaves qui ont donné leur vie aux colons.

Aujourd’hui, on peut apprendre cette discipline dans les différentes académies d’arts martiaux.